Concept

     Une nouvelle par semaine est né de l’envie de partager des histoires. Le principe est simple : chaque dimanche soir ou lundi matin, une nouvelle littéraire est publiée ! Un peu à la façon de La chanson du dimanche, pour les connaisseurs, mais avec des textes à la place des musiques. L’objectif premier est de durer un an, soit cinquante-deux nouvelles. La première est sortie le 6 avril 2015, et vous pouvez les retrouver toutes ici. Vos retours sont précieux, et je compte sur vous pour faire grandir cette aventure ensemble !

     J’écris depuis plusieurs années maintenant, et ressens aujourd’hui le désir de partager de courts récits, pour qu’ils ne s’empoussièrent pas dans l’obscurité d’un placard ou d’une seule mémoire. La phase de création est particulièrement excitante : imaginer la trame dans son esprit, voir naître les personnages, développer leurs relations et leurs actions… L’aventure se met en place comme sur l’estrade d’un théâtre, et j’en suis le premier spectateur.
     Ce plaisir resterait stérile sans le travail d’orfèvre, crucial, qu’est le choix des mots. Costumes, maquillages, décors, accessoires… L’accouchement peut-être plus ou moins difficile, mais son aboutissement constitue toujours une douce satisfaction. Quand bien même la nouveau-née serait décevante à la relecture, il y a quelque fierté à l’avoir menée à la lumière.

     Vous trouverez sur ce site des nouvelles très diverses. De deux à une quinzaine de pages, elles pourront être drôles, fantastiques, policières, absurdes, oniriques, noires, enfantines, didactiques… Sur un rythme hebdomadaire, cela permet de découvrir régulièrement une histoire inédite, dans les transports, au travail, ou au chaud sous votre couette (ou dans les toilettes). N’oubliez pas : lire une nouvelle par semaine est à la santé de l’esprit ce que manger cinq fruits et légumes par jour est à la vitalité du corps !
     J’espère de tous mes vœux qu’elles vous feront sourire, rêver, penser, frémir, rire, réagir… Quoi qu’il en soit, n’ayez crainte d’en discuter dans les commentaires, ou même de me contacter directement.

     Vous souhaitant bonne lecture,

     Clément